Transition sans Kabila : Dieudonné Nkishi recadre Christopher Ngoyi

Intervenant sur les ondes de Radio Okapi au courant de cette semaine, Christopher Ngoyi, un des leaders de la société civile congolaise, a réiteré l’exigence d’une transition sans Kabila. Pour lui, le choix d’un d’un dauphin n’est pas une garantie des élections crédibles. A la Majorité présidentielle, Dieudonné Nkishi, Président national de Congo Positif estime que le peuple n’acceptera plus un quelconque report des élections. (Interview exclusive)

 

Interkinois : Christopher Ngoyi exige une transition sans Kabila parce que notamment la Majorité au pouvoir n’offre pas des garanties suffisantes à la tenue des élections crédibles. A-t-il tort?

Dieudonné Nkishi : Est-ce qu’une société civile sérieuse peut vraiment tenir un tel discours aujourd’hui ? Dites à mon grand frère Christopher Ngoyi Mutamba que les élections ne le concernent pas au premier point car il n’est qu’une société civile et non un Parti politique. S’il était chef d’un Parti politique au contact avec le peuple, il aurait compris que le peuple n’accepte pas et n’acceptera plus jamais un quelconque report des elections.

Interkinois : A le comprendre, la machine à voter est une preuve d’une tricherie programmée à l’avance…

D.K : Prendre part aux élections comme Candidat ou électeurs n’est pas obligatoire dans notre pays. Pour autant qu’il redoute la machine à voter, il peut, comme Valentin Mubake, choisir de ne pas participer.

Interkinois : Étant un acteur majeur de la Société civile congolaise, n’a-t-il pas le droit d’avertir la nation d’un danger qui le guette ?

D.K : En RDC, la Société Civile n’a pas le droit de présenter les candidats. Donc il est mal placé pour donner son conseil étant donné qu’il n’a pas un intérêt immédiat.

Interkinois : Et si cette proposition était bien accueillie par la population ?

D.K : Tout le monde sait qu’une partie de l’opposition et une partie de la société civile ont été prises de cours en voyant que le processus électoral avait atteint un point de non retour. Leur fond de commerce est vidé. Qu’il trouve un nouveau commerce car le peuple risque de le lapider avec une telle proposition.

 

Propos recueillis par Casimir Mbiyavanga

Partage sans limite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *